Association des Professionnels pour la Promotion de l'Emploi sur Internet

Tous les communiqués

09/04/2010 - Les tendances de recrutement à l'international par les principaux acteurs clés des marchés internationaux - Conférence du 12 mars 2010


La première partie de la conférence s’est attachée à une étude réalisée l’été dernier via Intelligence Group et commanditée par le Network. Ainsi, 40 pays, membres du réseau The Network, ont participé à l’étude. Celle-ci a été administrée entièrement sur Internet et plus de 66 000 candidats y ont répondu.

Les pays « préférés » en cas d’expatriation ont été passés à la loupe et il en ressort que Paris est la 4ème ville préférée à l’international. Dans le classement de tête, on y retrouve en 1ère position Londres, suivi de New-York et de Sydney. Des choix pas toujours en cohérence avec les pays préférés des potentiels expatriés, puisque la France arrive en 7ème position et que les 3 pays de tête sont respectivement les USA, le Royaume-Uni, puis le Canada.

Sur les personnes qui ont déclaré vouloir venir travailler en France, on note que ce sont principalement des habitants des pays anglo-saxons ou des pays limitrophes à la France. Assez paradoxalement, la France attire les pays industrialisés, alors que les pays émergents seront vraisemblablement demain parmi les plus grands producteurs de cerveaux.

Seconde particularité propre à la France, les candidats déclarant vouloir venir travailler en France ont majoritairement des profils à encadrement ou à velléité d’encadrement, alors que les tendances montrent que ces profils ne seront pas recherchés en priorité dans les années à venir.

 

 

Enfin, ce sont les grandes tendances en matière de recrutement au Canada, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Pologne et au Moyen-Orient, qui ont été examinées.

 

Pour le Canada, représenté par David Resnik (Vice-président de Workopolis), la moitié de la population est concentrée dans les 4 grandes villes du pays, Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal. Le taux de chômage du pays est à nouveau en baisse, après avoir connu de fortes augmentations durant la crise. Celui-ci n’est pas encore revenu au niveau des dix dernières années, bien que le PIB soit de nouveau positif et que le nombre d’offres d’emploi soit en augmentation. La crise renforce une autre  tendance, le web est toujours le plus gros pourvoyeur d’offres d’emploi. 64% des canadiens utiliseraient Internet pour leurs recherches d’emploi. Côté expatriation, 80% des canadiens se disent prêts à travailler à l’étranger. Et afin de faciliter la mobilité entre la France et le Québec, les deux pays travaillent actuellement sur la mise en place d’équivalences pour que les diplômes puissent être reconnus dans un pays comme dans l’autre.

 

Du côté de l’Allemagne, représentée par Frank Hensgens (CEO de StepStone Allemagne), le PIB est également en croissance avec +1,5% espéré en 2010, alors qu’il avait touché le fond en mai/juin 2009. On note d’ailleurs beaucoup de similitudes entre les économies françaises et allemandes. Quant au taux de chômage, il est de 9,2%.

Un point important soulevé, en Allemagne, très peu de personnes réalisent des études supérieures. On note que cela concerne 20,5% de la population, alors qu’il s’agit de 22,9% pour la France, 23,8% pour la Belgique ou encore 26,3% pour la Grande-Bretagne. Un phénomène qui s’explique par un système d’apprentissage très développé en Allemagne. En effet, 51% des jeunes allemands passent par l’apprentissage.

Par ailleurs, 79% des personnes déclarent être mobiles à l’international, mais en réalité seuls 4% de la population le mettrait en pratique. Et ce, principalement vers des pays où l’on parle l’allemand, comme l’Autriche ou la Suisse.

 

Pour la Pologne, représentée par Przemek Gacek (CEO de Pracuj.pl), la croissance du PIB est toujours restée positive, même durant la crise. Et la Pologne a été le seul pays de l’Union Européenne dans ce cas de figure. Actuellement le taux de chômage, de 9,2%, est en baisse et affiche une forte décroissance depuis 2001. C’est un taux qui était historiquement très haut et qui a même frôlé les 20% jusqu’en 2004. Il est prévu que celui-ci baisse encore durant l’année, même s’il atteint aujourd’hui son taux historiquement le plus bas. Concernant le recrutement, la tendance est en train de s’inverser entre print et web. Le on-line devrait être plus important que le off-line d’ici la fin de l’année à 2011 au plus tard. La crise en termes de recrutement était postérieure à la France. La chute des offres d’emploi s’est effectuée au quatrième trimestre 2008 et le redressement à partir du premier trimestre 2009 où la Pologne atteignait à nouveau les niveaux du premier trimestre 2007.

 

Concernant le Moyen-Orient, représenté par Amer Zureikat (Directeur des opérations de Bayt.com), les profils recherchés par les entreprises sont plutôt des personnes ayant des facilités en communication et appréciant le travail en équipe. Les qualités les plus recherchées par les entreprises portent notamment sur le fait d’être bilingue anglais-arabe.

Dans la région, ce sont les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite qui sont les plus attractifs. Ils fonctionnent comme des vases communicants et les flux migratoires se font d’un pays vers l’autre et vice-versa. Vient ensuite le Quatar. A noter également, que grâce aux infrastructures présentes à Dubaï, une entreprise peut être montée et avoir pignon sur rue en quelques jours.

La reprise côté recrutement s’est effectuée à partir des troisième et quatrième trimestres 2009 et les secteurs qui ont repris en premier sont ceux de l’Industrie Pétrolière, des Télécoms, de l’Hôtellerie, de l’Education ou encore de la Santé.

Note positive, dans les mois à venir, les tendances en matière de recrutement sont à la hausse. Le début de l’année s’affiche déjà comme un très bon trimestre.

 

Enfin, pour le Royaume-Uni, représenté par John Salt (Directeur de Totaljobs.com), le taux de chômage qui était de 6,2% en 2008 a atteint les 7,8% en 2009. Ce taux peut paraître faible vis-à-vis du reste de l’Union Européenne, mais est en réalité assez élevé pour le Royaume-Uni.

L’économie du pays est majoritairement tertiaire, à 81%. La reprise est encore fragile, mais les secteurs de l’IT, la Construction ou encore l’Hôtellerie repartent petit à petit. Ce sont majoritairement les temps partiels et l’Interim qui sont le mieux repartis.

Techniquement on pourrait considérer que la récession est terminée puisque le PIB est en positif depuis le dernier trimestre 2009. La force de l’Euro permettrait au Royaume-Uni de faire plus facilement des importations.

Et selon l’étude réalisée par le Network, Londres serait la ville la plus attractive pour les expatriés.

 

 

La vidéo de l’intégralité de la conférence sera disponible dans les prochains jours sur demande.

 

 

A propos du Network

Créé en 2002, The Network est une alliance stratégique entre les sites emploi leaders de 119 pays. Ce réseau, dont Adenclassifieds est membre exclusif pour la France, offre aux recruteurs internationaux un accès centralisé depuis leur propre pays à 93 millions de candidats, à travers le monde, susceptibles d’occuper toute fonction dans tout secteur d’activité. Plus d’un millier de clients font appel aux services de The Network, aujourd’hui leader en audience.

Lors de la conférence, les intervenants étaient :

-       Introduction par Thibaut Gemignani, Directeur Général d’Adenclassifieds ; Pierre-Emmanuel Derriks & Steven Lewis, Directeurs Généraux du Network

-       David Resnik : Vice-président de Workopolis

-       Frank Hensgens : CEO de StepStone Allemagne

-       Przemek Gacek : CEO of Pracuj.pl

-       Amer Zureikat : Directeur des operations de Bayt.com

-       John Salt : Directeur de Totaljobs.com

http://www.the-network.com/

 

 



Actualité
En Avril, trouver une secrétaire d ... Plus de détails...
EDF, Thales et Dekra participent au ... Plus de détails...
StepStone booste l’alternance Plus de détails...
StepStone organise un Chat Energie ... Plus de détails...
> Toutes les actualités
Découvrez...
> Tous les membres